Nous contacter

DE JANVIER 2012 À NOS JOURS : L’AUTISME, GRANDE CAUSE NATIONALE


JPG - 20.8 ko

1 Le traitement des patients atteints de troubles autistiques soulève de très vastes débats, en particulier, après la sortie du film «  Le mur  ».

Nous tenterons de reprendre ici des éléments permettant de retracer, au fil des semaines, l’évolution des débats. Vos contributions via le lien info federation-ateliers-psychanalyse.org seront les bienvenues.

Il va de soi que ce débat intéresse tant le champ de la psychiatrie que celui de la psychanalyse. Seules des raisons informatiques nous font laisser ces informations dans la rubrique « La Psychiatrie dans la Cité ».

*

11 avril 2014 : Tribune de la Fédération des Ateliers de Psychanalyse

La Fédération des Ateliers de Psychanalyse s’associe à la très belle lettre de protestation du Dr Drapier, Médecin Directeur du CMPP d’Orly (Val de Marne), dénonçant de façon nuancée, précise et ferme, l’intrusion de l’Administration locale dans la formation des soignants quant à l’autisme.

À l’heure où il faudrait plutôt travailler à l’atténuation des clivages pour tout ce qui touche à l’autisme, une telle application aveugle des recommandations si controversées de la HAS sur les pratiques soignantes de l’autisme contribue, au contraire, à aggraver le climat malsain actuel qui tend à faire de « la Psychanalyse » le bouc émissaire de toutes les difficultés et carences de moyens concernant cette pathologie si invalidante.

La Fédération des Ateliers de Psychanalyse ne peut que dénoncer de la manière la plus vigoureuse une telle vision obscurantiste de la Psychanalyste qui reste et demeure une pratique fondamentalement humaniste.

Le bureau

*

4 avril 2014 : Des effets dans la pratique de l’application des recommandations de la HAS...

Direction de la santé et de la prévention BP 90054 – 94311 ORLY CEDEX Centre médico-psycho-pédagogique (Cmpp) 4, rue du docteur Calmette 94310 Orly Tél : 01 48 84 11 68 - Fax : 01 48 84 49 53

Réf : FP/JPD.0314 Affaire suivie par Dr Jean-Pierre Drapier Objet : Compte administratif 2012 -

Date : 4 avril 2014

AGENCE REGIONALE DE SANTE D’ILE DE FRANCE 25 Chemin des Bassins CS 80030 94010 CRETEIL CEDEX

Lettre recommandée avec AR A l’attention de Madame MAROUZE

Madame,

J’ai bien reçu votre rapport relatif au Compte Administratif 2012 du C.M.P.P. et vous en remercie.

Je prends bonne note que vous validez globalement les résultats que nous avons proposés.

Ceci étant, je ne saurais laisser passer sans réagir une mesure symbolique (80 €) et des propos d’une gravité sans précédent dans l’histoire du C.M.P.P., des établissements médico-sociaux et de la liberté de formation des psychologues.

En effet, vous écrivez : « Vous indiquez que Mme V. et M. DE D. ont participé à une formation de l’Ecole de psychanalyse des Forums du Champ Lacanien le 29 septembre 2012 intitulée « Le psychanalyste et l’autiste ». Tel que mes services vous l’ont indiqué lors de la rencontre du 13 novembre 2013, je vous rappelle que les recommandations de la Haute Autorité de la Santé relatives aux interventions auprès des enfants avec TED et autisme de mars 2012 ont classé comme non consensuelles les interventions fondées sur les approches psychanalytiques et la psychothérapie institutionnelle. Sont recommandés auprès de l’enfant avec autisme ou TED les interventions personnalisées, globales et coordonnées fondées sur une approche éducative, comportementale et développementale. De ce fait, je rejette la dépense de formation d’un montant de 80 €. Conformément aux recommandations de la Haute Autorité de la Santé, cette dépense ne peut être considérée comme justifiée par les nécessités de gestion normale de l’établissement. »

D’un point de vue strict du droit, je vous renverrai au texte même de la H.A.S. : il s’agit d’une recommandation et non pas d’une obligation de fonctionnement. On peut donc estimer que vous sur- interprétez ce texte, déjà grave dans son parti pris.

De plus, les orientations cliniques et thérapeutiques peuvent donner lieu à débats, controverses, etc… entre cliniciens et théoriciens mais ne peuvent en aucun cas, sauf à rappeler de sinistres époques, donner lieu à une décision administrative qui se substituerait à la responsabilité des cliniciens.

Enfin, je vous rappellerai que, sous l’autorité du médecin-directeur, les enfants atteints de troubles autistiques sont effectivement traités par « des interventions personnalisées, globales et coordonnées » comme recommandé par la H.A.S., incluant psychiatres, psychologues, psychanalystes, orthophonistes, psychomotricienne, groupe relationnel comprenant une éducatrice, maintien à l’école tant que possible et recours au bilan dans les centres de référence si nécessaire.

Sur un autre plan, ce refus de financement de ces formations équivaut à une immixtion dans les choix des formations des psychologues, choix qui, encore une fois, relève d’un compromis entre leur désir et les besoins de l’établissement.

Je vous demande, en conséquence, de bien vouloir revenir sur ce rejet ou bien d’en expliciter les attendus administratifs, une « recommandation » ne pouvant en tenir lieu.

Je vous prie de croire, Madame, à l’assurance de ma considération distinguée.

Dr J.P. DRAPIER

Médecin-Directeur

*

Le troisième plan autisme annoncé en 2013 paraît avoir accru le malaise, voire la confusion, parmi les professionnels s’occupant d’enfants autistes. En effet, il renforce les exigences d’un dépistage précoce, d’une prise en charge éducative intensive et valorise « l’intégration scolaire ». Or les professionnels de terrain sont confrontés à l’extrême difficulté de trouver des prises en charge pour les jeunes enfants dépistés, ou de pouvoir proposer de réelles entrées à l’école, ou simplement de trouver des places adaptées dans des IME aux longues files d’attente et de surcroît très largement sous dotés pour pouvoir pratiquer des prises en charge intensives...

C’est la raison de cette journée qui se propose de faire un état des lieux des prises en charge sur le secteur de Saint-Denis des enfants autistes et apparentés (ceux du « spectre autistique »). Pour ce faire, elle vise à rassembler les différents acteurs de ces soins (publics, associatifs et libéraux).

Au-delà de cet état des lieux, cette journée ambitionne de favoriser la coordination entre ces différents acteurs mais aussi d’ouvrir des perspectives d’actions autour des difficultés et des manques constatés.

Nous proposons de nous réunir autour de trois thèmes : I. Etat des connaissances actuelles concernant les recherches sur l’autisme II. Dispositifs de dépistage et diagnostiques (sur le secteur de Saint-Denis) III. Etat des lieux des différents dispositifs de prise en charge (sur le secteur de Saint-Denis)

Voir l’intégralité du programme et les modalités d’inscription ici

PDF - 983.8 ko

Salle de la légion d’honneur : 6, rue de la Légion d’honneur, 93 200 Saint-Denis Journée Gratuite, inscription obligatoire avant le 10 décembre 2013 par mail hsd-pedopsy ch-stdenis.fr Renseignements : 01.48.20.07.63 Accès transports : • M° ligne 13 : arrêt Saint-Denis Porte de Paris ou Basilique de Saint-Denis • Bus 153, 253 : arrêt Légion d’honneur • Bus 239 : arrêt médiathèque

*

PRATIQUES DE LA FOLIE

L’autisme, une question politique ?

Stéphane Arfeuillère, Franck Chaumon, Vincent Perdigon

Amphi de la CMME, Sainte Anne, 100 rue de la Santé Vendredi 29 novembre 2013, à 21h.

Il est proposé une séance de travail pour construire un cadre de réflexion concernant ce qui s’est passé autour de « l’autisme », à partir des quelques remarques suivantes.

1 L’ampleur du mouvement d’opinion qui a repris les critiques adressées aux analystes est un fait. La question est celle de sa signification, et de la réponse qui lui est apportée.

2 La mise en cause de la psychanalyse a été cette fois non pas seconde (comme dans l’affaire des psychothérapies) mais première, frontale.

3 La réponse des psychanalystes a été foncièrement défensive. Elle a consisté en un plaidoyer pro domo (il existe des psychanalystes spécialisés et compétents) et consensuel (ils travaillent avec d’autres spécialistes, dans une perspective « intégrative »).

4 Les critiques adressées aux analystes n’ont pas été véritablement reçues par eux, prises au sérieux, spécialement celles concernant les parents.

5 Les praticiens du mouvement critique (par exemple anti-asilaire) en psychiatrie se sont trouvés attaqués dans le modèle même des propositions qu’ils avaient construites : logique de la discontinuité, temps partiel etc.

Le point crucial de notre critique est le suivant : le débat a été maintenu dans le territoire balisé d’une question de spécialistes. Théorie contre théorie, savoir contre savoir, expertise contre expertise. Chacun a répondu en faisant valoir sa bonne pratique ou sa bonne élaboration.

Malade ou handicapé, l’autiste na pas été pensé comme citoyen (pour ne pas dire sujet de droit). Les propos tenus se réclamant toujours d’une caractéristique intrinsèque au dit autiste. C’est au point par exemple que l’on a réussi a garder le fameux « packing » comme problème technique, comme s’il ne posait pas – comme toute pratique psychiatrique – la question du pouvoir et de ses abus.

Nous proposons un échange et un débat à propos de cette « affaire de l’autisme ». Signalons que le débat est ouvert entre nous, comme il s’entendra sans doute dans les 3 propos introductifs.

*

L’autisme - Bernard Golse - France Culture « Les enfants autistes clivent tout et nous, nous devons nous réunir » Bernard Golse

Un discours pacifiant et clair sur la prise en charge de l’autisme.

A écouter, cliquez ici....

Autisme : Taisez-vous ! Réjouissons-nous ! : la Thérapie d’Etat et le Citoyen Scientifiquement Défini sont arrivés Collectif des 39 - article Médiapart - Heitor O’Dwyer de Macedo

Dans sa présentation à la presse du troisième plan autisme, Marie-Arlette Carlotti avertit : « Que les choses soient claires, n’auront les moyens pour agir que les établissements qui travailleront dans le sens où nous leur demanderons de travailler. » Voici pourquoi cet avertissement est grave.

Marie-Arlette Carlotti occupe actuellement le poste de ministre déléguée chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion. Présentant les mesures envisagées dans le troisième plan sur l’autisme, elle dit : « En France depuis quarante ans, l’approche psychanalytique est partout, et aujourd’hui elle concentre tous les moyens. Il est temps de laisser la place à d’autres méthodes pour une raison simple : ce sont celles qui marchent, et qui sont recommandées par la Haute autorité de santé ; »

Cela nous importe peu que la préférence de Marie-Arlette Carlotti aille à une méthode de soin plutôt qu’à une autre, cela est son affaire. Mais puisqu’elle occupe actuellement le poste de ministre déléguée chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion, on ne peut se satisfaire d’une « opinion » qui amplifie une rumeur. En quoi se base-t-elle, par exemple, pour affirmer cette « concentration de moyens de l’approche psychanalytique » ?

Si cette affirmation reflétait la réalité, on ne pourrait que saluer une initiative ministérielle qui faciliterait la diversification des pratiques. Or, les déclarations de cette personne, ne correspondent absolument pas à ce qui se passe en France, et depuis des années, dans les lieux de prise en charge des patients.

Continuant sa présentation elle avertit : « Que les choses soient claires, n’auront les moyens pour agir que les établissements qui travailleront dans le sens où nous leur demanderons de travailler. » En d’autres termes, Marie-Arlette Carlotti préconise d’empêcher, par le manque de moyens, la diversification des pratiques de pensée et de recherche. Cette décision est grave puisque contraire aux principes fondateurs de la République. N’y a-t-il pas eu un seul fonctionnaire pour rappeler à cette personne, qui occupe le poste de ministre, qu’en démocratie, régime politique régit par les institutions du gouvernement auquel elle participe, la liberté de pensée est une garantie constitutionnelle ?

Encore une fois : peu nous importe que la personne de Marie-Arlette Carlotti préfère telle ou telle méthode d’accompagnement de la souffrance humaine. Mais qu’elle détermine, en tant que ministre, une seule approche à l’exclusion de toute autre, constitue une ingérence totale et scandaleuse dans les pratiques de soins et d’accompagnement, ingérence sans précédent historique en France : l’Etat propose la définition d’un fonctionnement psychique et la thérapie qui va avec. La Thérapie d’Etat.

Aujourd’hui c’est l’autisme, demain ce sera l’ensemble de la psychopathologie qui devra être traduite dans un langage biologique, cognitif et comportemental. Comme politique d’Etat, cela a commencé avec Nicolas Sarkozy et s’amplifie : pour les diagnostics, le médecin généraliste prend la place du psychiatre, le pédiatre celle du pédopsychiatre. De toute façon nous avons déjà une certitude : le Citoyen Scientifiquement Libellé et Reconnu n’aura pas d’inconscient. – Quel soulagement !

Nous pouvons évidemment nous indigner et reconnaître, dans tout cette bouillie, la Violence de Bureau avec l’impunité qui accompagne et sédimente tant d’irresponsabilité, d’incompétence, de médiocrité. Sans aucun doute. Et il y a aussi des coïncidences troublantes.

Valérie Trierweiler, « première dame » de France ne fait pas de la politique, c’est connu. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir des sensibilités. Qu’elle partage avec nous grâce à sa chronique dans Paris Match. Dans celle du 2 juillet 2012, en rendant compte du livre de Gersende et Francis Perrin, Louis pas à pas, elle écrit ceci : « (Ce livre) est encore un plaidoyer pour cette méthode ABA, toujours pas reconnue officiellement en France. «  Que ce soit bien clair  : le combat que nous avons mené et que nous menons encore – ce livre en est la preuve – consiste principalement à ce que le traitement ABA soit reconnu en France et puisse bénéficier des mêmes avantages que les autres traitements  », écrivent-ils. (…) Une victoire que Francis et Gersende veulent partager avec tous les parents d’enfants autistes et nous autres lecteurs. Une leçon de vie que nous voulons relayer à notre tour. »

Le relais a donc fonctionné, les méthodes comportementalistes seront les seules reconnues et financées par l’Etat français. Si nous pouvons imaginer l’émotion éprouvée par des couples de parents devant les performances de leur enfant, cela n’est pas suffisant comme critère de reconnaissance d’un traitement et, surtout, d’un choix national à l’exclusion de tous les autres approches. D’ailleurs, pour ce qui est du côté scientifique – ce qui inclut les jugements catégoriels de la Haute Autorité de Santé –, André Core, physicien et historien des sciences, dans une intervention à Montreuil, le 17 mars 2012, a présenté une revue des publications américaines qui refusent à la méthode ABA la scientificité qu’elle revendique. Le plus impressionnant, et angoissant, ce sont les informations qu’André Core nous donne sur les recherches à l’origine de la méthode ABA : recherches basées sur l’utilisation de chocs électriques et de privation de nourriture dans le traitement des patients autistes et psychotiques, utilisation elle-même importée des expériences similaires faites sur des rats. Je vous donne le lien où vous pouvez visionner l’intervention de cet historien des sciences, intervention proprement effrayante, à l’égard de la recommandation de cette méthode par l’Etat (cliquer ici).

Pour la chronique de Valérie Trierweiler, vous pouvez la consulter .

Pendant plusieurs décennies, des successifs gouvernements brésiliens ont sous-traité l’hospitalisation des malades mentaux. L’Etat ayant maintenu un nombre très réduit d’hôpitaux publics, une partie colossale du budget national alloué au prix de journée de leur hospitalisation était intégralement versé à des cliniques privées. Celles-ci, avec une petite partie de l’argent reçu, empilaient – littéralement – les malades drogués dans des chambres exiguës. Le restant de la somme, considérable, a fait la fortune de plusieurs familles qui prospérèrent dans le commerce, dans l’industrie, dans le tourisme.

Lorsque un secrétaire de santé, Gilson Cantarino, a reçu l’appui gouvernemental pour que ce budget réintègre l’Etat en vue du financement d’une politique publique humaniste de soins de la souffrance psychique, les responsables municipaux et départementaux, qui devraient mettre en application cette orientation, ne pouvaient se déplacer sans gardes du corps, voire avec une escorte policière. Ce qui n’a pas empêché, d’ailleurs, qu’ils soient victimes d’attentats.

En quoi cette affaire ténébreuse nous concerne-t-elle ?

Depuis quelques années, ceux ou celles qui réfléchissent sur, critiquent ou questionnent les méthodes comportementalistes deviennent la cible des professionnels (et des bénévoles) de l’injure, qui pensent ainsi défendre les associations auxquelles ils appartiennent, autour desquelles ils se regroupent. Un certain nombre de praticiens qui ne travaillaient pas exclusivement dans cette direction ont été harcelés, agressés ou ont reçu des menaces de mort. Ce lien (cliquer ici) permettra de se faire une idée de cette démarche de terrorisme intellectuel appliquée à toute pensée différente.

Le budget alloué, exclusivement aux établissements pratiquant la méthode comportementaliste sera de 213 millions d’euros – quel marché ! Cela signifie, donc, qu’une politique publique humaniste de soins de la souffrance psychique sera remplacée par une énorme machine enracinée par dans le privé. Celle-ci devra, par la contrainte, exterminer l’angoisse et normaliser les conduites.

Bien sûr, il ne faut pas rendre équivalents un pays sortant de la dictature et celui où la démocratie est un référent. Mais l’argent c’est l’argent. Cette machine, financée par l’Etat, à exclusion de toute autre approche de prise en charge, multipliera les actuelles sessions de formation de ces cadres, créera des nouveaux emplois, distribuera des salaires, engendrera une corporation et les puissants intérêts économiques et financiers qui vont avec.

Il y a de quoi avoir peur.

Mai 2013 - Autisme - « A nouveau la guerre de l’autisme est déclarée par le gouvernement : je suis profondément écœuré » Pierre Delion

lors qu’on attendait beaucoup d’une modération minimale des membres du gouvernement chargés de l’autisme, permettant de reprendre la prise en charge des enfants dans un climat pacifié, après des recommandations partisanes de l’HAS de mars 2012, tempérées dans leur dureté idéologique par l’éditorial de la revue prescrire d’avril 2013, la ministre déléguée aux personnes handicapées vient jeter à nouveau de l’huile sur le feu avec son annonce d’aujourd’hui :

"Les mesures du 3e plan Autisme La ministre déléguée aux Personnes handicapées, Marie-Arlette Carlotti, présente aujourd’hui dans un entretien auParisien, le 3e plan Autisme (2014-2017), préconisant notamment un dépistage dès 18 mois et une orientation vers les méthodes éducatives et non plus psychanalytiques.

« On sait que plus il (le dépistage, ndrl) est précoce, meilleure est la prise en charge. Donc à partir du premier trimestre 2015, profitant de la refonte du carnet de santé, nous y inclurons une grille de dépistage des premiers signes, dès l’âge de 18 mois », explique Mme Carlotti qui doit présenter officiellement le plan dans la journée.

La ministre annonce également la création de 350 places dites « de répit », permettant des placements de courte durée. « Aujourd’hui, il existe 40 places de +répit+ pour les familles. Ce sont des structures qui accueillent, pour une courte durée, leur enfant autiste, afin que les parents puissent souffler un peu. Nous en créons 350 en plus », dit-elle.

Mme Carlotti annonce également 700 places pour les petits en unité d’enseignement en maternelle, la formation de 5.000 professionnels du secteur médico-social aux méthodes éducatives et 1.500 places d’accueil en plus pour les adultes autistes. Le plan prévoit par ailleurs une plus grande intégration des familles, via des comités d’usagers et la nomination d’un « référent autisme » au sein du comité interministériel du handicap.

Alors que la France accuse un retard de plusieurs décennies sur la prise en charge de l’autisme, qui touche de 250.000 à 600.000 personnes, la ministre admet que le 3e plan s’est fait attendre car « on a voulu jouer la concertation, et il y avait des arbitrages budgétaires à faire ». Le budget de ce plan est de 205,5 millions d’euros en progression de 18 millions d’euros par rapport au précédent plan.

La ministre souhaite également à travers ce plan que « la France s’oriente vers une autre méthode dans la prise en charge de l’autisme » et met clairement en cause la méthode psychanalytique qui prévalait jusqu’ici. « En ouvrant ce dossier, j’ai trouvé une situation conflictuelle, un climat tendu », déclare-t-elle. « Je n’en veux plus. En France depuis quarante ans, l’approche psychanalytique est partout, et aujourd’hui elle concentre tous les moyens. Il est temps de laisser la place à d’autres méthodes pour une raison simple : ce sont celles qui marchent,et qui sont recommandées par la Haute autorité de santé. »

« Que les choses soient claires », ajoute-t-elle en forme d’avertissement, « n’auront les moyens pour agir que les établissements qui travailleront dans le sens où nous leur demanderons de travailler ». La prise en charge de l’autisme fait l’objet d’une vive opposition entre les partisans d’une méthode de soin psychiatrique d’une part, et éducative et comportementale d’autre part."

Pierre Delion

« D’autres voix » un autre regard sur l’autisme - Film du réalisateur et parent Iván Ruiz

INVITATION pour la projection et débat du film « D’Autres voix » un autre regard sur l’autisme

Je suis membre de l’Association de parents « La main à l’oreille » qui a été créée par des parents et amis de personnes autistes, avec pour objectif de promouvoir une approche qui prenne en compte leur subjectivité et accueille leurs inventions. Nous considérons qu’une place doit être faite, dans la Cité, au mode d’être autistique, sans se référer à une norme sociale ou comportementale. Nos parcours et vécus très différents nous permettent de témoigner de l’apport de la prise en compte de la singularité de chacun dans une approche respectueuse du sujet, qui permette l’émergence de la personne.

Après l’exposition « Singulières Résonances » de peintures, dessins et photographies d’enfants et personnes autistes que nous avons organisée à la fin de l’année dernière, nous voici lancés dans un nouveau projet avec l’Association de parents TEAdir (Espagne) : la projection privée de leur film-documentaire « D’Autres voix » un autre regard sur l’autisme. Ce film espagnol-catalan sera projeté au Cinéma St André des Arts, le 23 février à 10h en présence du réalisateur et parent Iván Ruiz. Cette projection à laquelle nous vous invitons, a le soutien d’autres associations en France.

Dans ce film en VO et sous-titré en français, vous entendrez surtout des parents qui témoignent de la singularité de leurs enfants et comme ils ont du apprendre à faire avec tact et patience avec les « bizarreries » de leurs enfants, ceci dans un respect et une humanité exemplaires. Il y a surtout Albert, jeune homme asperger qui témoigne de sa vie d’autiste parmi les jeunes. De comment à la fois il se perd dans le langage et à la fois est fasciné par lui. Il nous emmène dans son monde. Il nous livre son intérêt pour Tintin à partir du souvenir d’un grand-père qui lui a légué un dessin autour duquel il a construit un savoiracoustouflant, terme qu’il a inventé.

Il y a aussi des psychanalystes espagnols, français, italiens et belges qui témoignent avec respect de leur conception de l’autisme à côté de ses parents et de leur travail en institution.

Après la projection nous aurons un débat avec nos invités : Iván Ruiz, parent, réalisateur et président de l’Association de parents TEAdir ; Jacqueline Berger, journaliste à Libération et mère de deux jeunes filles autistes qui a écrit le livre « Sortir de l’autisme », Agnès Thurnaeur, artiste plasticienne, soeur d’un jeune homme autiste. Elle a eu recours à la création pour faire face au silence auquel la confrontait son frère mutique. Il y aura Mireille Battut présidente de LaMàO, Judith Miller présidente du champ freudien, François Ansermet Chef de Service en Pédopsychiatrie à Genève et psychanalyste, qui a écrit plusieurs ouvrages sur l’autisme et la génétique. Son dernier ouvrage, « Autisme, à chacun son génome" est actuellement en lice pour le prix Oedipe 2013. D’autres invités sont à confirmer.

Vous pouvez visionner la bande annonce en cliquant ici : http://www.youtube.com/watch?v=fXPp...> http://www.youtube.com/watch?v=fXPp... La sortie officielle en Espagne sera au mois d’avril prochain. Le film à déjà été projeté à Nice, Rennes et Angers avec un grand succès (salle pleine et liste d’attente).

Voici un article paru dans Ouest-France lors de sa projection à Rennes : http://www.ouest-france.fr/actu/act...—Autres-Voix-u-n-autre-regard-sur-l-autisme-_35238-avd-20130116-64382415_actuLocale.Htm

Nous serions donc ravis et très honorés de vous recevoir parmi ainsi que d’autres membres de votre collectif, lors de cette projection.

Je suis la soeur d’une femme autiste de 46 ans, et la présidente de l’Association, Mireille Battut est mère d’un enfant de cinq ans. C’est une femme décidée, intelligente que j’aurai le plaisir de vous présenter. Elle a pris position contre les dérives éducatives qui excluent le sujet, le réduisant à son seul comportement. D’autres parents se sont joints à nous et d’autres Antennes LaMàO sont en projet (en Ile-de-France, à Bordeaux, en Corse, à La Réunion, à Orléans, en Russie, au Mexique...) Nous avons des projets d’accueils, de sorties, de rencontres...

Nous sommes une jeune association mais nous avons un désir décidé pour créer des espaces de création, des lieux relais et de refuge pour les parents et les personnes autistes qui défendent avant tout leur mode d’être dans le monde sans être réduits à un protocole.

Vous pouvez visiter notre Blog ( toujours en construction) où vous trouverez la proposition que nous avons faite au Gouvernement pour le 3e Plan Autisme à Mme Carlotti, Ministre déléguée chargée des Personnes handicapées, lors de notre visite au Sénat.

Vous trouverez également une partie de nos témoignages sur notre BLOG :

http://lamainaloreille.wordpress.com/ notre compte twitter :@LaMainalOreille

et notre compte Facebook :http://www.facebook.com/pages/La-main-à loreille/189554154510837 ?ref=hl

Je me permets de vous joindre quelques documents autour de la projection et sur notre association. Et je vous en remercie de les porter à la connaissance de ceux que ceci pourrait intéresser.

Je reste donc disponible pour tout autre renseignement en espérant que vous accepterez notre invitation.

Bien à vous.

Mariana ALBA DE LUNA

Chargée Culturelle de LaMàO

Tél. 06 87 50 17 59

16 février 2012 : Packing : convoqué par l’Ordre, le Rr Delion s’explique

Le Pr Pierre Delion (chef du service psychiatrie et enfants au CHRU de Lille) a été entendu aujourd’hui au conseil départemental du Nord de l’Ordre des médecins à la suite d’une plainte de l’association « Vaincre l’autisme » qui lui reproche sa pratique du « packing ». Tandis qu’une pétition de soutien circule sur Internet, le Pr Delion répond aux questions du « Quotidien ».

LE QUOTIDIEN - Quelle a été votre réaction suite à la plainte de l’association “Vaincre l’autisme” et à la convocation de votre Conseil de l’Ordre départemental ?

Pr PIERRE DELION - Ma réaction personnelle importe peu. Le soutien de plus de quatre mille signatures et lettres envoyées à ce jour au Conseil de l’Ordre montre que je ne suis pas seul dans cette affaire. Mais en revanche, de voir que sous des prétextes scientifiques qui n’en sont aucunement, on voudrait priver des enfants et leurs parents d’une technique de soin souvent efficace, me semble à moi, aux professionnels qui l’utilisent et aux parents des enfants concernés, extrêmement problématiques sur les motivations qui les animent. J’espère que la raison reviendra et aidera à trouver la voie d’une pédopsychiatrie intégrative (éducatif nécessaire, pédagogique si possible et thérapeutique si nécessaire) qui permette aux enfants de trouver le costume sur mesure de prise en charge par rapport à la forme de leur autisme et que les moyens humains seront suffisants pour les accompagner de façon adéquate, sous l’égide de leurs parents. D’autres associations ou groupes ont fait des pressions indécentes sur mon travail et mes recherches. Par exemple, en exerçant des pressions auprès de rédacteurs en chef de revues internationales pour m’empêcher de publier des articles comportant parmi les mots clés celui de packing, ou en inondant certains forums de calomnies à mon encontre tout en restant lâchement protégés par l’anonymat, ou en introduisant des prises de positions contre le packing chez certains grands politiques. À qui profitent de telles conduites éloignées des pratiques de la démocratie ? Pourquoi un débat scientifique sur ces sujets n’est-il pas possible ? Pourquoi certains politiques peu scrupuleux s’emparent-ils de sujets techniques (médecine, histoire, …) pour en faire une croisade à visée électoraliste ?

Quelle a été par ailleurs votre réaction suite à la pétition de soutien sur Internet paraphée par de nombreux professionnels  ?

Au-delà du fait que je me demande comment les remercier individuellement, j’y vois le signe que beaucoup de collègues professionnels et de parents trouvent que ces (mal)menées ont assez duré vis-à-vis de moi, mais surtout vis-à-vis de ce que je représente, c’est-à-dire une position, non pas de modèle, mais plutôt de juste milieu, guidée par le souci de l’autre, le respect de l’humain dans toute souffrance, et l’intégration dans les pratiques des avancées de la science, ce que beaucoup d’entre nous réalisons à chaque fois que c’est possible. Cette médecine humaniste à laquelle je crois et à laquelle j’ai voué toute ma vie professionnelle est aujourd’hui mise en péril par des mouvements passionnels qui réunissent toutes les peurs et les craintes de parents vis-à-vis de leurs enfants. Plutôt que de se livrer dignement, voire par voie juridique, à des reproches construits auprès des personnes qui doivent en répondre précisément (j’ai un différend avec mon psychanalyste, c’est avec lui que je vais régler le problème et non demander l’interdiction pour tous de la psychanalyse), la tendance actuelle consiste à trouver une proie facile et à tenter de la détruire pour expier la haine dont je suis rempli. Ces mouvements encouragés par une pratique peu courageuse d’Internet (il y a d’autres façons intéressantes de l’utiliser !) sont en passe de devenir l’ordinaire. Plutôt que de contribuer à faciliter le débat, cela l’obscurcit puisqu’il ne s’agit pas d’un débat contradictoire, mais d’une mise en abîme infinie des problèmes posés. Enfin, le fait que les milliers de médisances qui circulent sur mon compte soient le fait de parfaits inconnus pour moi, tandis que les signatures de soutien soient le fait de personnes que je connais « en vrai », me rassurent sur ma position de médecin engagé dans le monde.

Dans quelles conditions et situations, le packing peut-il avoir sa place aujourd’hui dans la prise en charge de personnes autistes ?

Actuellement, les indications de packing sont réservées pour les troubles graves du comportement chez les enfants TED (automutilation, agitations, stéréotypies graves ; par exemple, une petite fille qui a une stéréotypie gestuelle de frapper répétitivement sa cornée avec l’ongle de son index homolatéral…). Il arrive souvent que les médecins qui souhaitent y avoir recours, aient déjà utilisé les autres possibilités soit médicamenteuses, soit comportementales et que ces techniques n’aient pas donné de résultats. J’ajoute d’ailleurs qu’il arrive que le packing ne donne pas non plus les résultats escomptés. Je souligne par ailleurs que les enfants et leurs parents sont étonnés de l’amélioration du contact relationnel (apaisement du tonus, contacts par le regard…) que le packing permet, et pour les parents qui ont souhaité assister à une séance de packing de leur enfant, c’est ce qui les émeut le plus. Il est donc important de suivre une méthodologie précise sur le plan technique et respectueuse sur le plan humain pour parvenir à ces résultats intéressants. Mais sur l’ensemble des enfants suivis pour TED, ces indications représentent un petit pourcentage, dans la mesure où ces symptômes graves, voire gravissimes, sont heureusement assez rares. Une partie du problème actuel tient sans doute au fait que les pédopsychiatres et leurs équipes accueillent souvent les enfants autistes les plus graves et doivent faire face à des symptômes que les autres partenaires éducatifs et pédagogiques ne voient pas toujours dans la population qu’ils ont en charge. On doit donc, avant de juger de la pratique d’un autre partenaire professionnel, se rendre compte que les enfants qu’il reçoit présentent des degrés de gravité quelquefois incomparables. Un généticien du cancer ou celui qui est en charge de la prévention du cancer peuvent-ils donner un avis éclairé sur le mode d’extraction qu’un chirurgien va utiliser pour l’exérèse d’une tumeur ? Il faut que chacun, pour aider valablement les enfants autistes quelle que soit la gravité de leur pathologie, respecte ce que font les autres et prenne une attitude modeste afin de développer ensemble une stratégie de la bonne indication pour le bon symptôme.

Pourquoi est-il essentiel de mener à bien votre étude sur l’efficacité thérapeutique du packing sur les symptômes de troubles graves du comportement ?

Bien avant la polémique actuelle sur le packing, j’ai souhaité en évaluer les effets et l’efficacité, en raison des bons résultats cliniques obtenus et de mon souci d’en rendre compte à la communauté pédopsychiatrique. En effet, depuis de nombreuses années, les équipes confrontées à ces symptômes terribles d’automutilation et de graves troubles du comportement chez les enfants présentant des TED me demandaient des formations. Il fallait que cette technique soit l’objet d’une évaluation faite « dans les règles de l’art », c’est-à-dire selon les modalités acceptées dans les sciences médicales. Habituellement, lorsqu’une technique de soin doit être évaluée, cela peut prendre la forme d’un programme hospitalier de recherche clinique, et c’est ce que j’ai choisi. Le projet de recherche a donc été soumis aux instances de sélection, draconiennes en l’occurrence, puisque non seulement un jury de scientifiques de haut niveau donne son avis sur la recherche, mais également le comité de protection des personnes qui donne un avis sur l’aspect éthique de ladite recherche. Les deux avis sont agréés par le ministère et la recherche peut commencer. Mais très rapidement, une association a décidé, bien qu’elle mette toujours en avant la science, d’empêcher cette recherche, et a utilisé tous les moyens à sa disposition, et notamment les médias, pour dissuader toute personne intéressée de s’y engager. Si bien que nous n’avons pas encore fini les inclusions nécessaires à la significativité des résultats. Lorsqu’une technique finit par poser un tel problème, non pas scientifique mais sociétal, raison de plus pour la conduire à son terme et en tirer les conséquences pour les patients. Voilà à mes yeux la seule démarche scientifique en médecine aujourd’hui.

PROPOS RECUEILLIS PAR DAVID BILHAUT

(source : Le Quotidien du Médecin http://www.lequotidiendumedecin.fr/...

*

février 2012 : un texte de Claire Grégoire-Meyer

Le label « Grande cause nationale » a été attribué à l’autisme pour l’année 2012, et dès ce début d’année, arrivent sur ce thème, dans l’espace social, rassemblés dans une charge massive contre la psychanalyse, un film (Le Mur), une proposition de loi visant à interdire la psychanalyse dans le traitement de l’autisme, et une plainte contre deux médecins (les Professeurs Pierre Delion et David Cohen) concernant leur pratique.

Lorianne Brunessaux, psychiatre, dans son texte sur l’autisme, publié sur le site www.collectifpsychiatrie.fr, rappelle la complexité de la pratique quotidienne avec des enfants : quelle que soit la nature des difficultés d’un enfant, une prise en charge ne peut se penser qu’au cas par cas, et en relation avec les parents. En disant cela, Lorianne Brunessaux fait place à des approches différentes de la question de l’autisme, loin de ce qui serait une conduite universelle à tenir. Dans ce texte, elle souligne aussi l’absence dramatique de places en établissements spécialisés et l’indigence du service public.

À l’adresse http://www.autismeuneapprocheplurie... une pétition circule. C’est une Lettre ouverte adressée au Conseil de l’Ordre des médecins et aux familles de personnes autistes, dans laquelle sont rappelés la qualité et le contexte du travail des deux médecins personnellement mis en cause. Cette lettre précise aussi la dimension du travail avec les personnes autistes, dans la reconnaissance des théories et conceptions différentes, sans exclusive, et donc des modes de prises en charge.

« Quelle que soit la nature du handicap ou de la différence de la personne autiste, le mérite de la psychiatrie et de la psychanalyse aura été de montrer qu’elle demeure un être de relation, doté d’un inconscient, tout comme ses parents, et que les interactions relationnelles et identificatoires sont modifiées par le trouble ». Dans la simplicité de sa formulation, cette phrase (extraite de cette Lettre ouverte), signe la dimension éthique de ceux dont j’ai souhaité ici résumer la position de façon très brève (et très subjective, certainement). Je voudrais les en remercier.

[voir ci-dessous en date du 26 janvier 2012]

*

10 février 2012 : sur France Culture (émission La Grande Table), Caroline Broué reçoit Catherine Clément, Bernard Granger et Geneviève Brisac.

http://www.franceculture.fr/emissio... ;uvre-d-antoni-tapies-2012-02-1

*

31 janvier 2012, un article d’Elisabeth Roudinesco (source http://www.huffingtonpost.fr/elisab...

Depuis des décennies, la question de la définition et du traitement de l’autisme - déclarée grande cause nationale pour l’année 2012 - est devenue l’enjeu d’une bataille juridico-politique, avec insultes et procès, au point qu’on se demande comment des parents, des thérapeutes (pédiatres, psychiatres, psychanalystes), des députés et des chercheurs ont pu en arriver à ce point de détestation réciproque.

Violemment hostile à Freud, à la psychanalyse et à ses héritiers, la cinéaste Sophie Robert, soutenue par les auteurs du Livre noir de la psychanalyse (Les Arènes, 2005), a été conspuée après avoir filmé, dans un documentaire que l’on a pu regarder sur internet pendant des semaines, des thérapeutes connus pour leur adhésion à une psychologie oedipienne de comptoir. Selon eux, les mères seraient responsables des troubles psychiques de leurs enfants, y compris l’autisme, maladie aux multiples visages. Ces représentants du discours psychanalytique se réclament de Sigmund Freud, de Donald W. Winnicott, de Jacques Lacan ou de Melanie Klein en oubliant une règle élémentaire : les concepts ne doivent jamais se transformer en jugements à l’emporte pièce ou en diagnostics foudroyants. Un concept n’aboie pas.

Il n’est question dans ce film que de mères « crocodiles », « froides », « dépressives » ou incapables « d’expulser de leur corps le rejeton qu’elles n’auraient jamais désiré ». Pour les avoir ridiculisés en montant des séquences à charge, Sophie Robert a été poursuivie devant les tribunaux par trois d’entre eux qui ont obtenu que les passages les concernant soient retirés du film (jugement rendu par le tribunal de Lille, le 26 janvier 2012). Elle a aussitôt interjeté appel de cette décision de justice qui ne change rien au problème de fond, puisque la vulgate de la « mère pathogène » et de la loi nécessaire « du père séparateur » est bel et bien présente dans le discours psychanalytique contemporain. Et c’est en son nom qu’une partie de la communauté psychanalytique française est entrée en guerre en 1999 contre les homosexuels désireux d’adopter des enfants tout en s’opposant, du même coup, aux nouvelles pratiques de procréation assistée, et plus récemment encore à la gestation pour autrui (GPA, « mères porteuses »). Ce discours, fondé sur la naturalisation de la famille et de la différence des sexes, a été critiqué par les féministes, les sociologues, les anthropologues, les philosophes et les historiens de la famille : notamment Elisabeth Badinter.

Méconnaissant l’évolution des moeurs et les progrès de la science, voilà que ces praticiens - qui ne représentent en rien l’ensemble des cliniciens d’orientation psychanalytique - sont à leur tour interpelés par la loi en la personne d’un député UMP du Pas-de-Calais, Daniel Fasquelle, président du groupe d’études parlementaires sur l’autisme, qui s’apprête à déposer devant le Parlement une proposition de loi visant à abolir toute approche psychanalytique dans l’accompagnement des enfants autistes.

Que s’est-il donc passé en France pour qu’un élu de la République en vienne à croire qu’une question scientifique puisse être résolue par des poursuites judiciaires ? Après les lois mémorielles restreignant la liberté de penser des historiens, verra-t-on des juges pourfendre la doctrine freudienne devant des tribunaux ?

C’est en 1907 que le psychiatre suisse Eugen Bleuler invente le terme d’autisme, à partir de celui d’auto-érotisme, pour désigner un repli sur soi de nature psychotique (folie) et une absence de tout contact pouvant aller jusqu’au mutisme. En 1943, le pédiatre autrichien Leo Kanner transforme l’approche en sortant l’autisme infantile précoce du domaine des psychoses. Il émigrera aux Etats-Unis et poursuivra ses travaux. Mais, en 1944, un autre pédiatre viennois, Hans Asperger, qui avait lui-même été atteint dans son enfance, décrit « l’autisme de haut niveau », caractérisé par une absence d’altération du langage et une capacité de mémorisation inhabituelle. En témoigne l’inoubliable Raymond Babbit, interprété par Dustin Hoffman dans Rain Man, le film de Barry Lewinson (1988). Aujourd’hui, et dans cette perspective, l’autisme est considéré comme une maladie organique dont l’une des causes serait une perturbation des circuits neuronaux au cours de la vie foetale.

De son côté, Bruno Bettelheim, psychanalyste autrichien, déporté à Dachau puis à Buchenwald, inventa un traitement spécifique de l’autisme en devenant, en 1944, le directeur de l’Ecole orthogénique de Chicago. Comparant cet état à une situation extrême, semblable à l’enfermement concentrationnaire, et favorisé par le désir destructeur des mères, il sera accusé à tort, après sa mort, d’avoir fait de son école un goulag. A vrai dire, il ne mérite aujourd’hui ni légende dorée, ni légende noire. D’autant que l’approche psychanalytique des enfants autistes et psychotiques eut pour effet, sur cette lancée - de Margaret Mahler à Frances Tustin, puis de Françoise Dolto à Jenny Aubry ou Maud Mannoni - de les extirper d’un destin asilaire.

Dans un livre magistral, L’enfant qui s’est arrêté au seuil du langage (Aubier, 2008, Le Monde du 18 avril 2008), Henri Rey-Flaud, psychanalyste et professeur émérite à l’Université de Montpellier, a fort bien décrit, à partir d’une sérieuse étude de cas, mais aussi en s’appuyant sur des récits publiés par les autistes de haut niveau - Temple Grandin, par exemple - le monde particulier des enfants autistes, un monde de souffrance, de silence et de rituels insolites. Ces enfants, - environ quatre sur mille et en majorité des garçons - s’expriment avec des gestes et des cris. Ils sont parfois violents, ils ont l’air d’accomplir des tâches incohérentes et ont donc besoin d’être pris en charge en permanence par leurs parents et par des équipes de thérapeutes et d’éducateurs qui les font vivre à leur rythme, tout en les soignant.

On aurait pu rêver, comme le laisse entendre cette description, à une possible entente entre familles et thérapeutes. D’autant qu’à partir des années 1980, on identifia des autismes et non plus une entité unique : celui des enfants mutiques, celui des petits génies surdoués, celui enfin des enfants qui peuvent parler, tout en adoptant des attitudes énigmatiques. Une approche multiple, la meilleure à ce jour, semblait s’imposer : psychothérapie psychanalytique, technique éducative et, dans des cas graves d’auto-mutilation, Packing, enveloppement de l’enfant dans des linges mouillés.

Il n’en fut rien puisque l’alliance s’était déjà en partie rompue du fait de l’évolution de la psychiatrie mondiale vers une classification exclusivement comportementale et biologique (le fameux Manuel Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM), d’où est désormais évacuée l’idée de subjectivité. Aussi bien cette classification fait-elle entrer l’autisme dans la catégorie d’un trouble envahissant du développement (TED) tellement élargi qu’un enfant sur cent cinquante en serait atteint. Cette progression a été dénoncée en 2006 par le biologiste Jean-Claude Ameisen dans un excellent rapport destiné à l’Inserm (que l’on trouve sur internet) qui montre qu’après avoir rangé l’autisme dans les psychoses, on intègre désormais tous les troubles infantiles graves dans un vaste ensemble biologico-génético-neurologique aux contours cliniques flous.

A l’évidence, cette évolution est liée au changement des critères diagnostiques beaucoup plus qu’à une « épidémie », ce qui, dans le contexte d’un rejet idéologique du freudisme, a été catastrophique pour l’approche psychanalytique de l’autisme. Lassés d’être interrogés sur leur statut de bon ou de mauvais géniteur, les parents se sont tournés vers des techniques de conditionnement visant à démutiser l’enfant. Aussi bien celui-ci est-il « récompensé » à chaque progrès et « puni » par une sanction à chaque recul.

Mais il n’est pas certain qu’une telle approche soit la panacée même si elle s’est imposée dans le monde anglophone. Car si l’on considère l’autisme comme un trouble neurologique, détaché de tout environnement, on risque d’oublier de traiter les souffrances psychiques des parents et des enfants, de dresser les familles contre Freud - lequel n’a jamais parlé d’autisme - et de laisser croire que la maladie serait également génétique, ce qui n’a pas été prouvé. En juillet 2005, la société InteraGen a d’ailleurs donné un faux espoir aux familles en prétendant lancer sur le marché un test génétique de diagnostic précoce de l’autisme, escroquerie dénoncée par les généticiens sérieux (Bertrand Jordan, Autisme. Le gène introuvable. De la science au business, Seuil, 2012). Récemment, un neurobiologiste français, François Gonon, a en outre montré que la psychiatrie biologique, fondée sur le DSM, avec ses classifications démentes, était critiquée aux Etats-Unis au moment même où elle s’impose en France ("La psychiatrie biologique : une bulle spéculative, Esprit, nov. 2011).

La guerre à laquelle on assiste aujourd’hui est désolante puisque des praticiens éminents, comme Pierre Delion, professeur de pédopsychiatrie de réputation mondiale (CHU de Lille), partisan d’une approche multiple et du Packing, soutenu d’ailleurs par Martine Aubry et de nombreux parents, est devenu, comme d’autres cliniciens respectables, la principale cible d’une campagne de calomnies orchestrée par les adeptes d’un antifreudisme radical.

Quant aux psychanalystes, qui reçoivent par la poste, en guise de cartes de voeux, des photographies de crocodiles, ne sont-ils pas menacés, à force de propos déplacés, de devenir les ennemis d’eux-mêmes et de leur discipline ?

*

29 janvier 2012 : Nous apprenons aujourd’hui (source SIHPP) que Pierre Delion est convoqué le 16 février devant le Conseil Départemental de l’Ordre des Médecins. Vous trouverez ci-dessous (en date du 26 janvier 2012) une lettre ouverte au Conseil de l’Ordre des Médecins que nous vous invitons à signer.

*

26 janvier 2012 : POSITION de la CIPPA VIS-A-VIS de la PROPOSITION de LOI de Monsieur DANIEL FASQUELLE (cf infra) VISANT à « INTERDIRE L’ACCOMPAGNEMENT PSYCHANALYTIQUE DES PERSONNES AUTISTES »

Vous trouverez ici ce communiqué http://old.psynem.org/Cippa/Ressour...

*

26 janvier 2012 : Le film de Sophie Robert interdit : dépêche de l’AFP

La justice interdit le film Le Mur en l’état après plainte de psychanalystes

Le film controversé sur l’autisme « Le Mur », qui veut prouver « l’absurdité » de l’approche de cette maladie par la psychanalyse et vante au contraire des méthodes dites comportementalistes, a été interdit en l’état jeudi après une plainte de certains psychanalystes interrogés dans ce documentaire.

Le tribunal de Lille a « constaté que les extraits d’interviews » des psychanalystes de renom "Esthela Solano-Suarez, Eric Laurent et Alexandre Stevens (...) portent atteinte à leur image et à leur réputation en ce que le sens de leur propos est dénaturé", affirme le jugement consulté par l’AFP.

Les extraits de ces interviews qui figurent dans le film "doivent être supprimés", ajoute ce jugement, ce qui revient selon l’avocat de la documentariste Sophie Robert, Me Benoît Titran, à ce que "le film soit interdit en l’état".

Car la décision, qui prend effet immédiat, aura pour conséquence que "Le Mur" doit être retiré d’internet —où il est présenté sur le site de l’association Autistes sans frontières http://www.autistessansfrontieres.c... notamment— tant qu’il n’aura pas été remanié, et cela sous astreinte de 100 euros par jour de retard.

"A ce prix-là, n’importe quel documentaire monté peut être interdit. Le documentariste n’a plus le droit de porter un regard dans son montage", a commenté Me Titran, qui va faire appel.

*

Un dossier de la CIPPA : « Alerte aux méconnaissances concernant la psychanalyse et l’autisme »

PDF - 776.9 ko

*

26 janvier 2012 : à l’initiative de l’Association Marseillaise pour la Psychothérapie Institutionnelle, du Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire, du Collège de psychiatrie grenoblois, de la Fédération d’Aide à la Santé Mentale Croix-Marine, de la Fédération Inter-Associations Culturelles en Santé Mentale, du Groupement des Hôpitaux de Jour francophones, cette lettre adressée au Président national de l’Ordre des médecins et des parents de personnes autistes que d’autres peuvent signer :

PDF - 150.9 ko

*

20 janvier 2012 : Communiqué de presse : « L’Unapei s’oppose à la proposition de loi de M. Daniel Fasquelle visant à interdire l’accompagnement psychanalytique des personnes autistes. » Voir ici http://www.federation-ateliers-psyc...

*

20 janvier 2012 : Proposition de loi de M. Daniel Fasquelle, député UMP du Pas-de-Calais et président du groupe d’études parlementaires sur l’autisme

Le texte de ma proposition de loi : Proposition de loi visant l’arrêt des pratiques psychanalytiques dans l’accompagnement des personnes autistes, la généralisation des méthodes éducatives et comportementales, et la réaffectation des financements existants à ces méthodes

Présentée par Daniel FASQUELLE, Député du Pas-de-Calais

EXPOSE DES MOTIFS

L’autisme est un trouble sévère qui touche 1 enfant sur 100 (dernier chiffre de prévalence issu de Thomson & collaborateurs, décembre 2011). En France, on estime à 600 000 le nombre de personnes affectées par les troubles du spectre autistiques (TSA). La situation de ces personnes et de leur famille demeure dramatique dans notre pays, il est aujourd’hui plus qu’urgent de correctement traiter ce problème de santé publique majeur. Pour aider ces personnes à s’en sortir, la France ne peut plus continuer à cautionner et financer les pratiques de type psychanalytique dans le traitement de l’autisme.

Pour rappel, la psychanalyse ne figure dans aucune recommandation nationale ou internationale en matière d’autisme. Elle n’est citée ni par l’INSERM dans son expertise collective de Février 2004, ni par le Conseil National d’Ethique dans ses rapports N°42 de 1996 et N°107 de 2007, ni par la Fédération Française de Psychiatrie dans ses recommandations d’Octobre 2005.

L’approche psychanalytique de l’autisme a été abandonnée depuis au moins 20 ans dans la plupart des pays occidentaux au profit de méthodes éducatives et comportementales. Cette mutation, qui s’est opérée aussi bien dans la définition de l’autisme, aujourd’hui défini comme un trouble neuro-développemental, que dans sa prise en charge, s’est fondée sur un constat simple : aucune étude scientifique publiée ne permet d’attester du bienfondé ni surtout de l’efficacité de la démarche psychanalytique, contrairement à certaines techniques de rééducation spécifiques (outils de communication, méthodes éducatives, méthodes comportementales), dont l’apport a été démontré dans plusieurs études. A titre d’exemple, en 2010, une étude sur le modèle de Denver, conjuguant intervention précoce et programme éducatif et comportemental intensif – 25h hebdomadaires – a montré qu’une prise en charge de ce type permettait de faire régresser les symptômes autistiques, d’améliorer considérablement le langage ainsi que les facultés cognitives (+ 17 points de QI en moyenne pour une intervention dès 18 mois). La communauté scientifique internationale est unanime sur cette question et déconseille dans les guides de bonnes pratiques l’utilisation des prises en charge d’inspiration psychanalytique.

En janvier 2010, enfin, comme partout dans le monde, la Haute Autorité de Santé a enfin reconnu la Classification Internationale des Maladies de l’Organisation Mondiale de la Santé (la CIM-10), incluant l’autisme dans les Troubles Envahissants du Développement et abandonnant de fait la notion de psychose infantile.

Il faut pourtant aller beaucoup plus loin pour faire évoluer les pratiques. La Classification française des troubles mentaux de l’enfant et de l’adolescent (CFTMEA), construite sur référence psychanalytique, n’a toujours pas calqué sa définition sur celle recommandée par la HAS. Aussi, bon nombre de médecins ne reconnaissent toujours pas la CIM-10, et l’approche psychanalytique de l’autisme est encore majoritairement enseignée dans nos universités françaises. Cette lecture erronée de la pathologie continue à être imposée dans la plupart des hôpitaux de jour, des IME (Instituts médico-éducatifs) et des CMP (Centres médico-psychologiques) qui accueillent la majorité des enfants autistes. Les pratiques psychanalytiques captent la majeure partie des moyens financiers alloués à cette pathologie, freinant ainsi la mise en place de traitements adaptés tels que les méthodes éducatives et comportementales, hypothéquant la vie des autistes à l’âge adulte, lesquels se retrouvent dépendants, « sur-handicapés » par des années d’errance dans le diagnostic, sans jamais avoir bénéficié de l’accompagnement qui aurait pu les aider à compenser leur handicap, les rendre autonome et leur offrir une véritable perspective de vie.

Il convient maintenant avec urgence, face à un tel problème de santé publique, de rompre avec la psychanalyse dans l’autisme tant en termes de lecture que de mode de prise en charge (j’inclue ici la technique du packing qui scandalise l’ensemble de la communauté scientifique internationale). Il est donc indispensable de réaffecter l’ensemble des moyens existants sur les traitements opérants. On le sait à présent, une prise en charge précoce et adaptée permettrait de réduire considérablement le coût économique et social de l’autisme, comme l’a notamment déjà démontré en 2007 le rapport d’un comité sénatorial québécois préconisant un accompagnement précoce avec des méthodes éducatives et comportementales. Aujourd’hui au Québec, les traitements éducatifs et comportementaux peuvent être prescrits par le médecin et sont remboursés par les assurances santé.

Je m’indigne en constatant qu’en France ce sont les pratiques psychanalytiques généralisées dans nos établissements hospitaliers et médico-sociaux qui sont financées par l’Assurance Maladie. L’étude actuellement menée par le Conseil Economique, Social et Environnemental sur le coût économique et social de l’autisme en France suite à la saisine du Président de l’Assemblée Nationale Bernard Accoyer, relayant la pétition citoyenne du Collectif Autisme, devrait permettre de pointer le coût induit par la mauvaise prise en charge et démontrer la nécessité d’un accompagnement éducatif et comportemental, le plus précocement possible. L’enjeu est considérable : il s’agit de permettre aux personnes souffrant d’autisme d’accéder à une prise en charge adaptée, de compenser leur handicap, de restaurer le dialogue avec le monde environnant, de s’insérer dans notre société et d’espérer avoir un véritable avenir.


Article unique

Les pratiques psychanalytiques, sous toutes leurs formes, doivent être abandonnées dans l’accompagnement des personnes autistes, au profit de traitements opérants, les méthodes éducatives et comportementales en particulier. Une réaffectation de l’ensemble des moyens à ces modes de prise en charge doit être exigée.

(source : http://danielfasquelle.blogspot.com...)

*

12 janvier 2012 ; Le site Œdipe nous adresse cette prise de position :

L’autisme, grande cause nationale ? L’autisme a reçu le label « Grande cause nationale 2012 ». L’exposition médiatique de ce sujet va s’intensifier, un groupe de travail s’est formé à l’Assemblée Nationale dont les premières rencontres parlementaires débutent jeudi.

Comment ne pas se réjouir de l’intérêt porté à l’autisme face aux insuffisances actuelles de la prise en charge thérapeutique, éducative et pédagogique et des possibilités professionnelles proposée à ces patients (adultes et enfants) ? Cependant, l’aspect polémique et orienté des discours offerts au grand public empêche d’ores et déjà d’être optimiste sur l’issue de ce travail parlementaire. En effet, on nous donne à entendre :

- De fausses évidences :

- « L’autisme est un trouble neurologique ». Faux : si une dimension biologique de l’autisme est une hypothèse forte, les différentes recherches effectuées sur le sujet, tant sur le plan d’une localisation neurologique (cerveau, cervelet, tronc cérébral), que d’une anomalie génétique ou hormonale (ocytocyne), n’ont pas permis d’établir formellement une origine organique à l’autisme. Il s’agit probablement d’une pathologie liée à l’intrication de plusieurs dimensions (organique, psychopathologique, environnementale, histoire de vie). Mais ceci est un faux débat car une origine organique à l’autisme ne change rien au fait que ces enfants puissent évoluer grâce aux thérapies relationnelles.

lire la suite ici http://www.oedipe.org/fr/actualites...

*

11 janvier 2012 : un communiqué de presse du Collectif des 39 contre la Nuit Sécuritaire

L’autisme, grande cause nationale ?

L’autisme a reçu le label « Grande cause nationale 2012 ». L’exposition médiatique de ce sujet va s’intensifier, un groupe de travail s’est formé à l’Assemblée Nationale dont les premières rencontres parlementaires débutent jeudi.

Comment ne pas se réjouir de l’intérêt porté à l’autisme face aux insuffisances actuelles de la prise en charge thérapeutique, éducative et pédagogique et des possibilités professionnelles proposée à ces patients (adultes et enfants) ? Cependant, l’aspect polémique et orienté des discours offerts au grand public empêche d’ores et déjà d’être optimiste sur l’issue de ce travail parlementaire. En effet, on nous donne à entendre :
- De fausses évidences...

Lire la suite ici : http://www.federation-ateliers-psyc...

Avis concernant l’annonce de la commercialisation prochaine d’un test génétique précoce de l’autisme : sous la plume de Jean-Claude Ameisen, le document suivant :

Projet de réponse du Comité d’éthique de l’Inserm à une saisine de la Direction de la recherche clinique et thérapeutique de l’Inserm et de l’ARAPI (Association pour la recherche sur l’autisme et la prévention des inadaptations) :

Avis concernant l’annonce de la commercialisation prochaine d’un test génétique de diagnostic précoce de l’autisme.

Réflexions sur les problèmes éthiques posés par l’errance diagnostique et le défaut de prise en charge des enfants atteints d’autisme, les conflits d’intérêts dans la communication scientifique, et les ambiguïtés des notions de déterminisme génétique et de médecine prédictive.

http://infodoc.inserm.fr/inserm/eth...

*

8 décembre 2011 : Rue 89 Autisme : trois psys répondent aux accusations du film « Le Mur » Une tribune de la plume cd Geneviève Haag, pédopsychiatre et psychanalyste http://www.rue89.com/2011/12/08/aut...

*

19 novembre 2011 : Rue 89 : Autisme : les psys « en guerre » contre le film « Le mur » Un article de Sophie Verney-Caillat ici http://www.rue89.com/2011/11/19/aut...

*

Un article de Jean-Christophe Coffin publié dans Inserm actualités n° 199 (mai 2006) :

Le défi de l’enfant autiste : une histoire de l’autisme ici

http://infodoc.inserm.fr/inserm/eth...

*

« Affaire » Delion

Texte de l’appel : Autisme, pour une approche plurielle et éthique sur ce site http://www.autismeuneapprocheplurie...

"Notice explicative sur les derniers évènements à propos du packing Janvier 2012 par Pierre Delion :

Pierre Delion, professeur à la faculté de médecine de Lille 2, chef du service de pédopsychiatrie au CHRU de Lille

L’ampleur de la polémique autour du packing enfle chaque jour et les informations qui circulent à son propos sont tellement erronées et outrancières que je me résous à rédiger cette mise au point. Je ne peux évidemment répondre que des pratiques conformes à ce que j’enseigne depuis de très nombreuses années, et je n’ignore pas que, par ailleurs, des entreprises douteuses peuvent être incriminées car elles dérogeraient à la pratique et à l’éthique médicale. De plus, le packing ne concerne que quelques enfants porteurs de TED/TSA lorsqu’ils présentent des signes graves voire gravissimes de troubles du comportement, pour lesquels une indication précise doit être posée et une formation de l’équipe réalisée dans de bonnes conditions.

Lorsque j’ai pratiqué les premiers packings avec des enfants autistes dans les années 1985, il s’agissait pour moi, en tant que pédopsychiatre hospitalier sectorisé, de trouver une solution de traitement pour des symptômes extrêmement préoccupants que présentaient quelques enfants avec Troubles Envahissants du Développement/Troubles du Spectre Autistique, notamment des automutilations pour lesquelles les soignants n’avaient aucun autre recours (une des premières enfants concernées s’était automutilée l’œil avec son ongle, et son symptôme automutilatoire a cédé en quelques semaines de packing). Les bons résultats de cette méthode, utilisée par mes prédécesseurs pour traiter la dissociation schizophrénique des adultes, m’ont conduit à en formaliser la pratique sous la forme d’écrits de cas cliniques parus dans diverses revues et livres. J’insistais déjà à l’époque sur le fait que la technique du packing permet de traiter l’automutilation et d’autres symptômes graves du comportement, mais ne guérit pas l’autisme. ..."

Sur le site de Michel Balat, la suite ici http://www.balat.fr/Notice-explicat...

avril 2009 : lettre de Pierre Delion... et son prolongement dans un forum, toujours sur le site de Michel Balat

LETTRE OUVERTE AUX PARENTS D’ENFANTS D’ADOLESCENTS ET D’ADULTES AUTISTES, A LEURS PROFESSIONNELS EDUCATEURS PEDAGOGUES ET SOIGNANTS

Depuis plusieurs années, quelques rares parents d’enfants autistes règnent dans le monde des associations de parents d’enfants autistes par la terreur, les dénonciations, les calomnies ad hominem et la manipulation médiatique. Jusqu’à présent, nous étions un certain nombre de professionnels de la pédopsychiatrie à y voir le signe d’une souffrance telle qu’en vivent tous les parents dont un enfant est touché par une maladie, un handicap ou une difficulté majeure qui met en jeu son présent et son avenir. Entre-temps, les pratiques et les prises en charge éducatives, pédagogiques et thérapeutiques ont progressé quelquefois de manière notable, notamment en ce qui concerne les neurosciences, mais aussi les techniques éducatives et les psychothérapies intensives. Aujourd’hui, les équipes de pédopsychiatrie françaises se forment activement pour se situer dans cette perspective intégrative, réorganisent leurs dispositifs pour y accueillir les aspects complémentaires nécessaires pour la prise en charge de chaque enfant et engagent des réflexions cliniques, psychopathologiques et thérapeutiques en tenant compte des avancées des neurosciences, notamment dans la pratique des bilans diagnostiques, mais aussi dans l’élaboration d’hypothèses intégrant les différents aspects complémentaires....

PDF - 776.9 ko

Lire la suite ici http://www.balat.fr/Pierre-DELION-L...

*

Evaluation de l’impact du plan autisme 2008-2010. Rapport établi par Valérie Létard

Par lettre du 4 avril 2011, Mme Roselyne Bachelot Ministre de la solidarité et de la cohésion sociale a confié à Mme Valérie Létard sénatrice, la mission d’évaluer l’impact du 2e plan autisme (2008-2010) au terme des 3 années prévues initialement « afin d’en déterminer les priorités à mettre en œuvre pour entretenir la dynamique amorcée »

Le concours d’un membre de l’IGAS, prévu dans la lettre de mission, a été demandé au chef de l’IGAS qui a désigné Monsieur Loïc Geffroy, Conseiller Général des Etablissements de Santé. La mission d’appui a été soumise au Copair cohésion sociale le 30/05/2011

Le travail a consisté à établir un bilan de la mise en œuvre des 30 mesures du plan 2008-2010, à analyser les raisons des retards et des difficultés rencontrées et à en tirer des enseignements pour présenter des propositions.

PDF - 2.1 Mo


[Article mis à jour le 20 septembre 2014)

Note

1 Pardon à l’auteur de cette photo de ne pas indiquer son nom que nous ne sommes pas parvenus à trouver sur la toile...