Nous contacter
Accueil > Liens amis

Liens amis

liens vers d’autres associations, sites de certains analystes, sites de textes psychanalytiques, sites de certaines écoles, etc.
http://www.abraham-torok.org/

Nicolas Abraham (1919-1975) et Maria Torok (1925-1998), psychanalystes français d’origine hongroise, ont été parmi les plus grands découvreurs de la seconde moitié du XXe siècle dans le champ de la psychanalyse. Ils ont renouvelé la métapsychologie avec une théorie de la symbolisation et de l’introjection, des clivages du Moi et des Fantômes transgénérationnels. Ils ont enrichi la clinique et transformé la cure psychanalytique de la névrose féminine, des deuils pathologiques, des secrets de famille et des influences transgénérationnelles. Malgré la résistance des institutions psychanalytiques, leur œuvre a suscité l’intérêt de psychanalystes de toutes les écoles et a désormais un retentissement international. L’Association Européenne Nicolas Abraham et Maria Torok est une association scientifique qui contribue à la diffusion et au développement de leur œuvre.

Collectif des 39 contre la Nuit Sécuritaire

Depuis le début de l’aventure du mouvement des 39, nous avions su qu’il fallait un outil d’information et de diffusion de nos réflexions, des textes des Forums des 39.

Depuis l’Appel Contre La Nuit Sécuritaire, qui en quelques trois semaines après le discours de Nicolas Sarkosy à Antony, avait su réunir plus de 20 000 signataires, fait majeur et inédit en France sur les questions touchant à la psychiatrie, à la place de la Folie, nous nous sommes saisis de l’outil internet.

La première tentative a permis de faire connaître nos orientations, nos valeurs pour une psychiatrie humaine, pour une hospitalité pour la folie.

Grâce au magnifique travail de Pascal Hérard, nous passons aujourd’hui à une autre étape.

Voici donc le nouveau site. Plus lisible, plus facilement consultable. Cet outil devra être un espace de discussion, nos fameux Forums, à Montreuil, à Villejuif, à Reims, à Montpellier, à Ville Evrard, à Uzés, dans les régions, vont ainsi se dédoubler de micros forums, de base, d’échanges, de disputes.

À chacun de s’en saisir pour que cet outil devienne une Agora transformatrice des pratiques actuelles, un espace de résistance, d’invention et de création.

Les Nouveaux Cahiers pour la Folie, l’Édition « Contes de la Folie Ordinaire » dans Médiapart, sont autant de relais, de mise en forme de nos révoltes, de nos analyses, de nos constructions.

Le nouveau site du Collectif des 39, devrait nous permettre d’amplifier notre audience, de stimuler les débats, de favoriser « la dispute », autant de lieux de rencontres et de confrontations, mais aussi d’espace de recherche et d’innovation.

Après cette panne de la pensée des années 90 – 2000, ce creux, ce vide qu’ont entretenu les menées scientistes, cet appauvrissement par le projet de destruction de la politique de secteur, de la psychiatrie elle-même, armons-nous pour penser l’avenir, construire une nouvelle espérance pour la place de la folie dans la Cité, inventer des pratiques dans lesquels les patients, les familles, les professionnels, les citoyens se saisissent de la parole.

Reprenons à notre compte, faisons vivre cette belle formule : « La psychiatrie doit être faite et défaite par tous ! ».

Paul Machto

*

Le Collectif des 39 organise un débat au Sénat le 9 septembre 2015 (de 13 h 30 à 18 h), à propos de la loi santé... Les thématiques des trois tables rondes sont :
- pour l’hospitalité de la folie, non à la contention,
- la pédopsychiatrie,
- espaces citoyens pour les patients (clubs, associations...).

*

Et les activités continuent... Fédérons nos rêves pour résister à l’occupation de nos libertés de conscience.

Site du Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire : http://www.collectifpsychiatrie.fr

http://ramses.asso.fr

L’association RAMSES Siège social : c/o Dr Danièle AZEMA, 20 rue Littré, 75006 Paris

En 1990, les professionnels des deux consultations médico-psychologiques spécialisées dans la prise en charge des enfants sourds, confrontés à l’insuffisance ou à l’inadéquation des lieux de soins, décident de former un collectif pour dresser un état des lieux et formuler des propositions aux pouvoirs publics.

Rapidement d’autres professionnels rejoignent ce collectif : psychologues, psychiatres, assistantes sociales, éducateurs, rééducateurs et pédagogues des établissements spécialisés pour enfants sourds directement concernés par le dépistage des enfants en difficulté psychologique et par leur orientation vers des lieux de soins psychiques.

C’est ainsi qu’est née l’idée de l’association RAMSES, Réseau d’Actions Médico-psychologiques et Sociales pour Enfants Sourds, avec le but :
- de constituer un « réseau » entre professionnels de champs différents, venant d’Institutions diverses (éducation, médico-social, sanitaire), tous concernés par un même objet, la santé mentale des enfants sourds.
- de mener des « actions » de formation et d’information auprès des professionnels et publics concernés, mais aussi en direction des pouvoirs publics et des tutelles.

Depuis sa création, l’association, composée en grande partie de psychiatres et de psychologues psychanalystes ou d’orientation analytique, travaillent à sensibiliser les professionnels de la surdité et du handicap à la dimension psychique, mais aussi à encourager les professionnels du psychisme à s’intéresser à ces domaines où la souffrance psychique revêt des aspects particuliers.

*

L’association RAMSES organise une journée d’études le samedi 19 octobre 2013 au FIAP à Paris 30 rue Cabanis 75014, dont le titre sera probablement « Sa majesté le bébé sourd » et dont voici l’argument :

Avec la publication, le 3 mai 2012, de l’arrêté sur le dépistage néonatal au niveau national, des questions nouvelles vont se poser concernant l’accueil des bébés sourds et de leurs parents. Ce qui nous était familier dans nos pratiques avec l’enfant sourd peut-il se transposer au nouveau-né ?

Le dépistage néonatal, appelé maintenant repérage des troubles de l’audition, et la période de suspicion (avant le diagnostic) peuvent modifier en profondeur les relations précoces d’attachement entre les parents et l’enfant, ceci dès la période sensible du post-partum, générant des situations cliniques nouvelles qu’il s’agit d’identifier et d’analyser.

Si, comme le dit Winnicott, « un bébé cela n’existe pas », un bébé sourd a fortiori n’existe pas sans sa mère. Le travail de prévention, d’accompagnement et la prise en charge concernent avant tout la mère, les parents et le lien en construction. Il s’agit d’un travail de holding de la parentalité.

L’association RAMSES qui, dès 2006, a manifesté son inquiétude quant aux risques psychopathologiques du dépistage néo-natal souhaite, lors de cette journée, poser des questions, faire un état des lieux du parcours du bébé sourd, de la maternité à la fin de la première année, mais aussi proposer ce qui devrait constituer les bases incontournables d’un travail de prévention et d’accompagnement précoces.

À partir de cette réalité de terrain, nous ferons intervenir différents spécialistes pour éclairer d’un point de vue théorique et clinique ce qui se passe autour du berceau quand la parentalité est troublée.

Puis nous poserons la question de la langue et de la parole qui est au fondement de toute approche de la surdité. L’intervention de psychanalystes, d’une orthophoniste viendront réouvrir des thèmes à repenser quand il s’agit d’un bébé sourd : qu’est-ce que parler, prendre la parole et devenir sujet de son énonciation ? De quelle urgence s’agit-il avec ce dépistage néonatal ?

Enfin, nous tenterons de proposer un repérage des moyens nécessaires et des modalités de prises en charge pour mettre en place un réel travail de prévention des troubles psychiques, d’information des familles, et de holding de la parentalité à partir de deux lieux d’accueil précoces.

Nous souhaitons que cette journée débouche sur des recommandations de suivi et la mise en place d’un observatoire du dépistage précoce pour que, au fil du temps, cette clinique nouvelle constitue réellement une nouvelle chance pour l’enfant sourd et ses parents.

Avec la participation, notamment de : Albert Ciccone, Laurent Danon-Boileau, Jean-Michel Delaroche, Eduardo Plaza...

Renseignements : Dr Jean-Michel DELAROCHE (06 61 50 87 87 ou jm.delaroche free.fr) ou sur le site internet de l’Association RAMSES : http://ramses.asso.fr

Unité Thérapeutique Enfance et Surdité (UTES) Centre Régional de Soins et de Ressources en psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent sourds

Ce centre, régional, permettra l’accès aux soins psychiques, dans le service public, pour les enfants sourds et les enfants de parents sourds, en français et en Langue des Signes Française (LSF). Les références théoriques de l’équipe, constitués de psychiatres, de psychologues, d’une éducatrice spécialisée et d’un infirmier, sont la psychanalyse et la psychothérapie institutionnelle. Les activités cliniques de ce centre comportent :
- des consultations médico-psychologiques, consultations diagnostiques ou thérapeutiques, consultations de guidance parentale,
- des bilans psychologiques, des bilans orthophoniques spécialisés et des observations éducatives par une éducatrice spécialisée,
- des psychothérapies individuelles et/ou groupales (thérapies familiales, psychodrame, etc.), - des groupes thérapeutiques, 129
- un dispositif d’accueil familial thérapeutique régional en familles d’accueil pratiquant la Langue des Signes.

Adresse : 64 rue de la Glacière, 75013 PARIS tél : 01 42 33 97 67, mobile : 06 14 29 47 30 centre-surdite hopitaux-st-maurice.fr

http://lacriee51.blogspot.fr/

http://www.insistance.org/Le-mouvement

Fondé par des psychanalystes et des artistes en avril 2002, Insistance est un mouvement de recherche sur la part de l’être parlant mise en jeu dans l’acte de création. Il s’agit de rendre praticable l’existence d’un lieu générateur d’un certain type de mouvement. C’est parce que l’institution traditionnelle - avec sa statique, sa stature, sa statue et ses statuts - n’est pas propice à un tel mouvement, que nous qualifions ce lieu du nom d’ « insistution » : nom métaphorique qui pose la question du moyen de transport à réinventer, sans cesse, pour que soit rencontré ce lieu de sublimation, qu’en poète, Lacan a repéré comme celui de « La chose » humaine. Cette perspective a suscité de nombreux échanges à l’occasion de colloques et de séminaires en France, en Autriche (Vienne), en Belgique (Bruxelles), en Italie (Rome, Milan), en Espagne (Barcelone), en Amérique du nord (New York, Toronto) et du sud (Mexico, Buenos-Aires, Rosario, Rio de Janeiro, Salvador de Bahia, Recife, Santiago du Chili). La création de la revue du mouvement en 2005 a élargi sa recherche en introduisant les champs philosophique et politique.

Président : Alain Didier-Weill Vice-Présidents : Jean Charmoille et Jacques Barbier Secrétaire Général : Paolo Lollo Secrétaires adjoints : Fabienne Ankaoua, Catherine Barbier, Marc Bonnet, Jean Daviot, Colette Mauri, Frédéric Vinot, Trésorière : Axelle du Rouret Trésorière adjointe : Catherine Fava-D’Auvergne

www.cerclefreudien.org cercle.freudien free.fr

Revue Le Coq-Héron

Le Coq-Héron est une revue trimestrielle qui publie quatre numéros par an. C’est désormais une des plus anciennes revues de psychanalyse en France. Revue de psychanalyse, mais qui s’intéresse aussi à la pédagogie, à la sociologie, à la psychiatrie, à la médecine, à la littérature et tout ce qui peut avoir un rapport proche ou lointain avec ces domaines.

Notre revue a été fondée en 1969 par un petit groupe du Centre Étienne-Marcel. Son titre lui vient de la rue du Coq-Héron, proche du Centre Étienne-Marcel. Éditée et produite par l’imprimeur Jacques Dupont jusqu’au n° 167, elle est désormais publiée par les Éditions Érès.

Plusieurs particularités font du Coq-Héron une revue un peu à part : les membres de la rédaction proviennent des écoles et groupements d’analystes les plus divers, qui, depuis une quarantaine d’années, travaillent en bonne entente tout en respectant les convictions et différences de chacun. Un point des statuts de la revue protège cette diversité : une seule voix suffit pour décider de l’acceptation d’un article, mais seul un vote unanime peut décider de son rejet. Cette mesure a été introduite dans le souci de profiter des sensibilités très diverses représentées dans le comité de lecture. Le Coq-Héron n’a pas, et ne veut pas avoir de « ligne ». Il veut être une tribune libre, où des opinions et des démarches très différentes peuvent s’exprimer, se confronter, si possible discuter.

Disposant d’un comité de rédaction polyglotte, Le Coq-Héron s’est spécialisé dans la publication de textes traduits de différentes langues étrangères : allemand, anglais, hongrois, espagnol, néerlandais, portugais. Le Groupe de traduction du Coq-Héron, né de la rédaction puis augmenté de membres extérieurs, a traduit de nombreux ouvrages : le Tome IV des Œuvres Complètes de Ferenczi, son Journal Clinique, la Correspondance Ferenczi-Groddeck, la Correspondance Freud-Ferenczi.

Le Coq-Héron vient de fêter, il y a peu, ses quarante ans d’existence et de publier à cette occasion son 200e numéro consacré à la transmission, et contenant quelques articles de ses tout premiers numéros, désormais épuisés. Par la même occasion, la revue a édité une plaquette contenant une série de caricatures de psychanalystes devenus des figures classiques de la profession, exécutés par les artistes Robert Berény et Olga Székely-Kovács à l’occasion du Congrès International de Psychanalyse de Salzbourg en 1924, puis au congrès International de Psychanalyse de Vienne en 1971. Cette plaquette est offerte à toute personne qui s’abonne à la revue pour deux ans, ou commande huit numéros.

Judith DUPONT

Association

Un après-midi d’échanges aura lieu le samedi 6 octobre avec Robert Castel autour de ce nouveau modèle de « santé mentale » (« positive »...) qui nous est proposé, particulièrement dans le rapport de Nathalie Kosciusko-Morizet. Nous vous tiendrons informés des prochaines dates quand elles nous parviendront. Samedi 6 Octobre

Amphi de la CMME de Ste Anne, 100 rue de la Santé

Le nouveau paradigme de la « santé mentale » : dialogues avec Robert Castel

En 1981, paraissait « La gestion des risques », ouvrage de Robert Castel dont la lucidité et la pertinence saisit le lecteur d’aujourd’hui. À l’occasion de sa réédition en poche aux éditions de Minuit, augmentée d’une préface de l’auteur, nous proposons de revenir avec lui sur les enjeux passés de la « gestion des risques » et ceux actuels de la « santé mentale » devenue « l’affaire de tous ».

14 h Gestion des risques

Ouverture Franck Chaumon

Présentation du livre « La gestion des risques » par Paul Brétécher

16 h Une nouvelle biopolitique ? Présentation Sandrine et Clément Jallade Discussion : Claude Louzoun, Sophie Mendelsohn, Yves Clot. Pendant toute l’après-midi, Robert Castel réagira à sa guise aux propos des participants.

pychanalyse-in-situ

La psychanalyse agit-elle uniquement dans son cadre ? Peut-elle opérer en tant que position charnière entre les différentes sphères du thérapeutique, des sciences, du social, du politique, de l’art... ?

Ce site s’ouvre sur une question à laquelle psychanalyse in situ, lieu interdisciplinaire, hors-institution, tente de répondre...

Psychanalyse in situ tente d’apporter des réponses concrètes à ces questions depuis 1997, dans un lieu hors-institution...

Revu.e d’essais, contributions, recensions d’ouvrages, une tribune libre, une rubrique de liens, une revue de presse, annonces de colloques, séminaires, expositions, théâtre, cinéma, soirées-débats...

La revue Chimères

« Cette revue accueillera les travaux des individus et des groupes se réclamant de près ou de loin de la “schizoanalyse”, science des chimères : les travaux de tous ceux qui entendent renouer avec l’inventivité première de la psychanalyse, en levant le carcan de pseudo-scientificité qui s’est abattu sur elle comme sur l’ensemble des pratiques et des recherches en philosophie et en sciences humaines. À la manière des arts et des sciences en train de se faire. Work in progress. Les textes émanent ici de psychanalystes, de philosophes, d’ethnologues, de scientifiques ou d’artistes. Pas pour une inter-disciplinarité de galerie. Retour au singulier. À chacun sa folie. Les grands phylums théoriques finiront bien par y retrouver les leurs. De toutes façons, par les temps qui courent, nous n’avions plus le choix, il fallait repartir de là. »

Félix Guattari, Chimères n°1

*

On peut consulter le site Chimères sur le net http://www.revue-chimeres.fr/drupal...

et sur Facebook https://www.facebook.com/pages/Revu...ères-fondateurs-Gilles-Deleuze-et- Félix-Guattari/217749201619053

http://www.radmila-zygouris.com/fr/...

Présentation du site

Un texte en ligne jamais n’abolira le livre

Les librairies ferment, à leur place des boutiques , le texte cède le pas au textile. Je ne pense pas que ce soit à cause d’Internet.

Le livre, le vrai, le sensuel, on l’achète pour le caresser, le corner, l’emmener, l’annoter, le malmener, le perdre, l’aimer, l’offrir.

Et pourtant quand j’entre dans une librairie , souvent, mon cœur se serre. Tant de livres, tant de livres pour si peu de temps . A-t-on le droit de dire qu’il y a trop de livres ? Oui ? Non ? Chut on réfléchit et puis on lit.

Chronologie

« L’homme ressemble plus à son époque qu’à son père », dit un proverbe arabe. C’est pourquoi j’ai opté pour la présentation des textes par ordre chronologique de publication.

Penser-Classer

Depuis Borges et Perec, sur cette question, tout a été dit. Je pense, donc je classe. Ranger, c’est déjà ajouter une pensée supplémentaire.

J’aurais préféré vous le chanter

La psychanalyse se transmet par voie orale. On ne devient pas psychanalyste en lisant, mais lire est fondamental parce qu’on ne peut pas être psychanalyste sans culture et hors Histoire.

Transmission

J’ai décidé de mettre à disposition de qui voudra en faire usage la plus grande partie de ce que j’ai écrit depuis une trentaine d’années, de façon gratuite et sans intermédiaire.

Radmila Zygouris