Nous contacter
Accueil > Textes > Entre la grand’Messe

Entre la grand’Messe et le Slam.

« Y a-t-il encore du désir de psychanalyse ? »

par Michelle Bouraux Hartemann


Devant l’énoncé, je dois dire que j’ai eu des perplexités. Et je me suis tirée d’affaires en reprenant un peu d’histoire parce que fallait-il s’occuper de l’objet du désir, du désir d’objet, du désirant du désir ou du désir mais de qui… ?

J’ai adopté une méthode et me suis sentie beaucoup mieux avec une métaphore : celle du fruit et j’ai usé des associations d’idées comme les surréalistes en ont profité : Et ! À moi ! la déesse de la fécondité ! (Allez la voir à Ephèse… les Grecs chez les Turcs …).

La psychanalyse comme un fruit, cela m’a ramenée à « l’arbre de vie », à la question de la transmission, soulevée à notre anniversaire de vingt-cinq ans de vie à la F.A.P. Un fruit qui peut, hélas, être pressé en son jus sans la chair, la peau, les pépins (soient les semences) voilà un discours sur le DÉSIR épuré, mais de quoi ? … Et bien je me suis retrouvée entre Freud et Fliess.

Fliess, le grand absent, peut-être l’expulsé des origines de la psychanalyse : comme mauvaise graine. Tous les deux docteurs, tous les deux juif persécuté sur la question des promotions, des titres, avec un même objet à leur désir : guérir les malades. Certes. Mais, de plus, pour eux, un point commun, tenace dans cette écriture… mais au fait, pourquoi n’en a-t-on qu’une d’écriture ? Freud dit une fois qu’il a perdu... les lettres de Fliess… Une autre fois on pense même qu’il les a brûlées (bien sûr ! remettre dans le contexte : la persécution, Hitler, la fuite grâce à Marie Bonaparte, l’Angleterre… les papiers… où sont passés les papiers ?).

Donc, soigner le malade, c’est une question fort intéressante entre deux docteurs. Cependant, entre eux deux, en tant qu’hommes, la découverte qui est souhaitée, c’est de maîtriser la procréation. Un seul désir en partage. Deux jumeaux physiquement, dans une photo que tout le monde connaît. Et cette adresse de Sigmund Freud à Wilhelm Fliess : « Je planterai ma colonne sur ton socle ». Nos liens sont rarement aussi déclarés………



[Article mis à jour le 12 mars 2010)