Nous contacter
Accueil > Soirées-débats > 26 novembre 2015 :

26 novembre 2015 : soirée-débat avec Blandine Ponet pour son livre « Les fracassés de vivre - Tentative pour une poétique de la folie »


SOIRÉE-DÉBAT

le jeudi 26 novembre 2015 à 21H15 au 18 rue de Varenne, Paris 7e

avec Blandine PONET pour son ouvrage « Les fracassés de vivre- Tentative pour une poétique de la folie » Editions Érès, 2014

Soirée proposée par Marie-Paule CHARDON et Vincent PERDIGON

Blandine Ponet écrit. Chacun le sait. Elle écrit la folie. Soi-disant la folie. Elle a son style. Nous aimons son style. Il sait dire l’impossible. Il nous parle, il nous touche, il fait écho en nous à mille choses. Elle écrit par fragment. C’est à la fois dense et éparpillé. Ça saute d’un endroit à l’autre. Elle s’approche sans cesse de la vérité. Pour s’en éloigner aussitôt. Elle s’y brûlerait presque. On s’y brûlerait. Mais pourquoi écrit-elle ? Elle s’en explique par endroit. Nous avons envie d’en reparler avec elle. De l’écriture. Elle est plus à l’aise avec les patients qu’avec les gens ordinaires. Elle dit ça. Elle dit aussi que c’est une coquetterie, mais « une coquetterie qui aurait un grand fond de vérité ». Elle ne cache pas les rencontres qui tournent court. Et elle s’interroge sur ses ratages. Nous, de la lire, ça nous rend songeur. Et nous aimons cet état dans lequel elle nous plonge. C’est un état où l’on se sent penser. C’est un petit livre qui n’a l’air de rien. Il se met dans la poche. On dirait un livre de poésie. C’est aussi un livre de poésie. La poésie pour dire la folie. Seule la poésie le pourrait ? Blandine poète, pour dire ses histoires avec les gens. Elle parle d’eux en parlant d’elle et peut-être l’inverse aussi. En tout cas on s’y reconnaît. On n’est plus tout seul. Nous aussi nous avons vécu et éprouvé ça. Car c’est de sa pratique qu’elle nous parle. De ses rencontres avec les fracassés. Ce que ça lui fait. C’est peu dire qu’elle parle en son nom : elle y est tout entière. Blandine prend des risques. Elle dit « cette part que nous engageons dans le travail avec les patients, part ouverte, non close, toute entière à découvrir et à inventer, renouveler, part dévolue à l’autre, mise en danger par sa folie, malmenée, maltraitée, et qu’il nous revient pourtant de protéger et de maintenir en vie ». Nous échangerons avec elle, à partir de ce que cela nous fait de la lire, des pensées qu’elle fait naître en nous, des interrogations que nous partageons avec elle et qui sont au cœur de nos pratiques de psychanalystes. Nous vous conseillons vivement de la lire !

Marie-Paule CHARDON et Vincent PERDIGON



[Article mis à jour le 6 septembre 2015)

Note

18 rue de Varenne, 75007 Paris à 21 h 15 le jeudi 26 novembre 2015

Participation aux frais de location de la salle : 10 €