Nous contacter
Accueil > Agenda > 16 et 17 janvier

16 et 17 janvier 2016 : Les Journées De la Fédération des Ateliers de Psychanalyse


Des Journées sont prévues les samedi 16 et dimanche 17 janvier 2016 sur le thème : Une psychanalyse laïque et thérapeutique.

JOURNEES DES ATELIERS

Une psychanalyse laïque et thérapeutique

Samedi 16 et dimanche 17 janvier 2016

Au Musée Social, Espace CEDIAS 5 rue Las Cases, 75007 PARIS Métro Solferino

Argument

La Fédération des Ateliers de Psychanalyse s’est définie dès sa fondation comme une association qui défend une conception laïque et thérapeutique de la Psychanalyse.

Ces Journées se consacreront à explorer ces éléments fondateurs. Dans La question de l’analyse profane (die Frage der Laïenanalyse), Freud va rappeler que la psychanalyse est un traitement mais que ce qui la distingue de la médecine réside dans le fait qu’il s’agit d’un traitement qui passe par la parole. Sa prise de position très claire en faveur de la Laïenanalyse vise à parer au risque de dissolution de la psychanalyse dans la médecine.

Le terme allemand de laïen a été traduit en français par laïque ou profane. Il a aussi le sens de novice. Freud l’emploie dans le sens de non- professionnel par rapport à celui qui fait profession de médecin. On pourrait dire encore que laïen s’oppose à la notion d’expert. Aujourd’hui, la laïcité de la psychanalyse ne se joue plus seulement par rapport à la médecine mais par rapport aux savoirs institués, universitaires ou « experts ».

Le terme de laïque est souvent pris dans le sens d’opposé au religieux, mais c’est aussi celui de l’indépendance vis-à-vis de tout pouvoir religieux. Comment peut-on l’entendre dans le champ de la psychanalyse ? Pour nous psychanalystes, n’est-il pas l’expression d’une volonté d’affranchissement vis-à-vis des dogmes, de quelque nature qu’ils soient, y compris psychanalytiques ? Enfin, que dire des croyances qui soutiennent notre engagement ?

Quant au terme thérapeutique, il ouvre un champ qui dépasse largement celui de la psychanalyse. Soutenir une conception thérapeutique de la psychanalyse, c’est ouvrir un débat sur l’objet de la psychanalyse. Dira-t-on que l’on entend par thérapeutique ce qui vise une guérison ? Ce qui consiste à soigner ? À soigner les maux de l’âme comme ceux du corps ? Quelles significations spécifiques revêt ce terme dans nos pratiques ?

Si l’on dit qu’il contient l’idée d’une visée, d’une avancée pour le sujet, cela ouvre à de nombreuses questions, dont celle du « désir de l’analyste », qui n’est pas la moindre. Quelles voies nouvelles la thérapeutique emprunte-t-elle de nos jours ? Des notions comme celle de « prendre soin » ou celle de « besoins du patient » contribuent-elles au renouvellement de nos pratiques ? Peut-on aller jusqu’à concevoir l’idée d’un « soin psychanalytique » ?

Enfin cette dimension du thérapeutique sera interrogée dans son lien au politique, quand ses tenants entreprennent d’instaurer une gestion de la « santé mentale » pour mieux exercer leur pouvoir de contrôle et de normalisation. Se posera ainsi la question de savoir s’il y a une place pour une thérapeutique indépendante des procédés normatifs en vigueur.

Samedi 16 janvier 2016

9 h 30 - Accueil 10 h - Ouverture : Alain BAÏTELLI et Vincent PERDIGON

10 h 30 - Anna ANGELOPOULOS : Croyances et formes élémentaires de la pratique

11 h 30 - Jean-Pierre BOULEAU : La psychanalyse sur le fil : L’engagement transférentiel de l’analyste, une condition à la possibilité de certaines cures ?

* déjeuner *

14 h - Heitor O’DWYER DE MACEDO : Ce que la médecine ne peut pas entendre

15 h - Nathalie BATAILLON : La question de l’analyse profane et le transgénérationnel traumatique à l’œuvre dans les processus de transmission et de formation en psychanalyse

16 h - Dominique GAUCHER : Vous avez dit Laïen¬analyse ? « Le premier qui quitterait l’API, au cas où elle céderait aux Américains sur la question de la Laïenanalyse, ce serait moi… » Sigmund Freud 1929

* cocktail * Suivi d’un dîner pour ceux qui le souhaitent

Dimanche 17 janvier 2016

10 h 30 - 11 h 30 - Claudine ACH et Annie TOPALOV  : La « guérison » en perspective : résonance chez l’analyste.

11 h 30 - Daniel FRIEDMANN : titre à préciser.

* déjeuner *

14 h - Pierre KAMMERER : Mon épouse porte un enfant dont je ne suis pas le père.

15 h - Sylvette GENDRE-DUSUZEAU : « Surpris, le psychanalyste le sera par les émergences de l’inconscient en lui autant qu’en son patient… et il doit continuer à pouvoir l’être, s’il veut rester au vif de l’exercice psychanalytique. » Theodor Reik, 1935.


Avec les interventions de Luis José Pépito MATEO, artiste-conteur du mouvement du renouveau du conte en France et en Occident (Contes de la folie ordinaire).



[Article mis à jour le 7 janvier 2016)

Note

PDF - 625.4 ko

Dépliant des journées et interventions.